Version imprimable

Current Size: 100%

Précieux Chéran !

Reportages

Candidat au tout nouveau label Rivières sauvages, le Chéran est l'un des deux cours d'eau qui parcourent l'Albanais. Surnommé la perle des Bauges, en raison de son caractère remarquable et de la beauté des paysages qu'il traverse, ce cours d'eau alpin est propice à de nombreuses activités de loisirs douces, dont une, plutôt insolite. Présentation !

Prenant sa source dans le massif des Bauges, le Chéran est aujourd'hui l'une des rares rivières sauvages françaises. Exempt d'ouvrages hydrauliques et bénéficiaire d'un contrat de rivière de 1997 à 2008 ayant permis de restaurer en grande partie sa naturalité, sous l'autorité du SMIAC (Syndicat Mixte Interdépartemental d’Aménagement du Chéran), ce cours d'eau montagnard possède une valeur patrimoniale exceptionnelle. Il a d'ailleurs fait partie des huit bassins pilotes ayant servi à la création du label Rivières sauvages, officialisé au printemps dernier.

« La candidature à ce label va être lancée le 18 octobre prochain, à l'occasion de la Fête de la rivière sauvage, qui comprendra de nombreuses animations gratuites sur quatre sites emblématiques du Chéran en journée, Ecole, le Chatelard, Cusy et Rumilly, et en soirée un apéritif à Cusy, village Rivière sauvage », précise Pascal Grillet, du SMIAC. S'il le décroche, en principe fin 2017, il permettra d'assurer sa protection et de préserver son caractère remarquable, à forte valeur patrimoniale.


Haut lieu de pêche

Long d'une cinquantaine de kilomètres entre sa source et son confluent, le Fier, dans lequel il se jette à la hauteur de Rumilly, le Chéran est un véritable paradis pour les pêcheurs. Ses eaux poissonneuses abritent de superbes truites sauvages, mais aussi des ombres, des loches ou encore des chabots, que l'on peut taquiner aux leurres, au toc, au coup ou encore à la mouche.

Adepte de cette dernière technique de pêche, Daniel Pasqualini est un fan du Chéran. « Je suis un pêcheur contemplatif, et le Chéran, l'une des dernière rivières sauvages françaises, offre une proximité rare et intense avec la nature. Ferrer le poisson est devenu secondaire pour moi, ce que j'aime, c'est profiter de la beauté de la rivière, observer un martin-pêcheur à l’œuvre, admirer les paysages qui l'entourent ».

Pour découvrir les secrets de la pêche dans ce milieu aquatique incroyablement riche, direction l’École de pêche du Chéran. « Nous organisons des stages de perfectionnement à la pêche pour les enfants, ainsi que des sorties guidées », indique Frédéric Pégeot, moniteur-guide de pêche, qui connaît chaque recoin du cours d'eau et ses qualités piscicoles. Les AAPPMA du canton du Chatelard et de l'Albanais ont créé un petit coffret détaillant sous forme de fiches, dix parcours de pêche remarquables sur le Chéran. Dix autres devraient l'étoffer d'ici à la fin de l'année. Imperméable et facile à glisser dans la poche, c'est l'outil indispensable du pêcheur amateur, comme de l'expert !

pêcheur dans le Chéran, Albanais, Haute-Savoie


Dans la peau d'un chercheur d'or

Il n'y a pas que dans l'Ouest américain que l'on croise des chercheurs d'or ! Depuis les Romains, les hommes pratiquent l'orpaillage dans le Chéran, dont l'or est exploité depuis le Moyen-Age.

Animateur bénévole des Etangs de Crosagny, Marius Bonhomme est également adepte de l'orpaillage dans le Chéran.

« Cette activité permet de vivre en symbiose avec la nature, de la protéger et de mieux la connaître », explique-t-il.

Pour Marius, une sortie orpaillage est aussi l'occasion d'observer le cincle plongeur, la bergeronnette des ruisseaux ou le sonneur à ventre jaune et les plantes invasives. L'orpaillage est ici une activité ludique et de loisir. « Il n'y a pas de risque de ruée vers l'or car le métal est présent en petite quantité et il faut beaucoup d'efforts pour obtenir quelques paillettes ». A bons entendeurs ! Les coins les plus aurifères de la rivière ? En aval de la grotte de Bange.

Le Chéran, Albanais en Pays de Savoie


Un réseau de randonnées

Plaisirs en famille au bord du Chéran

Le Chéran est un élément incontournable de l'Albanais. S'il permet de rallier tout un réseau d'itinéraires pédestres à travers le territoire, il sert de support à plusieurs randonnées majeures comme Le circuit de la Pomme, clin d’œil aux vergers de l'Albanais, le Chaos du Chéran, sentier en lien avec le Géopark, ou encore le sentier d'interprétation du Chéran sauvage, pour découvrir ce milieu humide exceptionnel. « Ces sentiers balisés qui permettent aux promeneurs d'aller très près de la rivière mais aussi de progresser en forêt et dans des milieux plus champêtres », souligne Xavier Barraud, technicien sentiers. Et ainsi avoir une bonne perception de l'Albanais. En attendant la création d'un véritable Sentier du Chéran, du Pont de l'Abîme à Rumilly, en mesure d'offrir une randonnée au long cours de 25 km, très variée, le long des berges de cette rivière naturelle. Partagé en neuf sections, cet itinéraire en compte actuellement six accessibles, les trois dernières nécessitant d'importants travaux de remise en état, indique le technicien.


Navigation ludique

Au printemps, le Chéran se prête aussi aux sports d'eau vive. Classée en catégorie 2 et 3, voire 4 dans certains passages en fonction du niveau d'eau, la rivière peut se descendre en canoë-kayak et en canoë-raft.
« Le Chéran est une très jolie rivière, sauvage, avec des gorges magnifiques que les embarcations permettent de découvrir plus facilement », témoigne Jérôme Ghidini d'Essaonia, structure dédiée aux sports d'eau vive, la seule qui propose la navigation sur le Chéran.
« Si cette rivière était navigable toute l'année, elle serait l'un des plus hauts lieux des sports d'eau vive de France », estime le guide pour qui la section du Chéran inférieur, entre Alby et Rumilly, est idéale pour s'initier en famille à cette navigation ludique. « Elle alterne petits rapides et parties plus calmes dans de belles gorges calcaires d'où l'on peut faire quelques sauts depuis les falaises », décrit Jérôme Ghidini qui réserve aux rameurs plus expérimentés, la section plus en amont de la rivière, plus encaissée et donc plus technique.

Canoraft dans le Chéran, Albanais en pays de Savoie

Texte : Actumontagne pour l'OT de l'Albanais
Crédits photos : Gilles Lansard ; AAPPMA ; Essaonia

Office de tourisme de l'Albanais en Pays de Savoie

  • France
  • Rhône-Alpes
  • Haute-Savoie
Comment venir ? lien cible